Retrouvez l’interview d’Ambre en intégralité, ici : Ambre, céramiste
Photographies : Rémy Lidereau pour Etonnantes

Ambre est une magicienne. Entre ses mains, la terre se fait merveille et la porcelaine devient lumière. Délicate et solide, douce mais déterminée, Ambre cultive les opposés et ressemble à ses créations. A moins que ce ne soit le contraire… Dans son regard émeraude, franc et tendre à la fois, bien des facettes de son histoire s’expriment. Tantôt vif et brillant, tantôt profond et mystérieux, il a cette particularité de révéler des secrets autant qu’il en garde, ceux d’un parcours sinueux pour réussir à vivre d’une passion. Car depuis dix ans déjà, Ambre fait tourner de la porcelaine de Limoges entre ses doigts de fée, transforme l’argile en vases et en bols, en godets et en abats-jours.

Photographies : Rémy Lidereau pour Etonnantes

Depuis dix ans, Ambre la magicienne jongle comme elle le peut entre une activité « alimentaire » et sa passion pour la céramique, entre sa vie de famille et son atelier, entre son rêve et la réalité. De sa voix douce et posée, par sa parole où chaque mot pèse autant qu’un autre, elle revient sur les débuts de son activité qui exige depuis toujours des efforts : grâce à ses économies, elle parvient à s’acheter un tour mais pas un four, pourtant indispensable à la céramique. Pendant quelques temps, elle emprunte alors celui d’un potier voisin avant d’avoir la chance d’acquérir le sien grâce au soutien financier parental. « Il faut avoir des moyens pour débuter, il faut un atelier, un environnement, de la terre, un four… » Dès lors, Ambre travaille la céramique, encore et encore, dès qu’elle le peut. Dès que son « activité alimentaire » lui laisse le temps. Au fil des ans, son style s’affine, s’affirme. Inspiré des esthétiques japonaise et scandinave il se révèle à travers des « formes et des graphismes très simples », où la porcelaine, belle sans artifice, exprime toute sa finesse immaculée.

© Rémy Lidereau pour Etonnantes

A ses débuts, Ambre crée chez elle, dans sa maison de la périphérie de Nantes. Passion solitaire, cachette créative… difficile alors pour elle d’assumer pleinement son statut d’artiste, elle qui travaille seule dans son cocon, en sortant uniquement « quelques fois pour des marchés de potiers ou des expos de créateurs ». L’atelier fait-il l’artisan ? En septembre 2017, Ambre la fée ose déployer ses ailes, prend de la confiance et son essor, et pose son four, son tour et ses pains de terre au sein d’un « vrai » atelier nantais. L’installation est plus que symbolique : elle partage ce nouvel espace avec Benjamin, son binôme de cœur et de création, designer de formation. Ensemble, ils fondent L’Atelier Pok, association brillante de leur savoir-faire respectifs, et signent des objets luminaires sans équivalents : elle imagine les abat-jours en porcelaine, il réalise les pieds en bois. Ambre la magicienne a encore frappé… La magie n’est pourtant pas responsable de ses réussites méritées. Seuls comptent le travail, toujours, l’humilité et la patience, aussi. « C’est la terre qui décide, on l’apprend vite dès l’école, parfois on veut aller vite, mais on se rend compte que ça ne marche pas si on ne respecte pas le processus que nous impose la terre. »

© Rémy Lidereau pour Etonnantes

Se prendre en main, s’organiser, se remettre en question tout en se faisant confiance, difficile quotidien que celui d’un artisan… Surtout lorsque s’y greffent les craintes d’une situation jugée précaire. « Il n’y a pas de certitudes, même si c’est ce qui fait le charme des créations artistiques ». Pour apaiser ses inquiétudes, Ambre peut compter sur des confrères indépendants comme elle, avec qui elle peut « partager ses expériences, ses contacts » ; sur les collaborations qu’elle a noué avec de belles boutiques, de Nantes et d’ailleurs, qui lui offrent une visibilité et de nouveaux horizons artistiques ; sur Benjamin aussi, surtout, complice attentif et attentionné, avec qui elle écrit un avenir lumineux.
Pour calmer ses craintes, Ambre peut surtout compter sur son humilité qui lui permet, après dix ans de création, d’avoir le courage d’aller se former à d’autres techniques que la sienne, lors d’un workshop en Chine au cours du printemps. À Jingdezehen, la capitale de la porcelaine, elle y apprendra de nouveaux gestes, perfectionnera ceux qu’elle connait déjà pourtant sur le bout des doigts. « Ça va être super de revenir dans ce rôle d’élève et de partager ça avec d’autres. L’idée serait aussi de développer la technique du moulage en vue d’étendre notre gamme de luminaires avec d’autres techniques et d’autres formes. » Son regard émeraude s’illumine. Ambre a encore de nombreuses facettes de sa vie à façonner.

© Rémy Lidereau pour Etonnantes

Retrouvez l’interview d’Ambre en intégralité, ici : Ambre, céramiste

Posted by:Solenn Cosotti

2 réponses sur « Ambre Céramique »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s