Retrouvez l’interview d’Aude en intégralité, ici : Aude, brodeuse autodidacte
Photographies : Rémy Lidereau pour Etonnantes

A quoi tient le bonheur ? A trois petits riens, finalement : un rayon de soleil printanier, une rencontre joyeuse et passionnante, des éclats de rire… Le bonheur avec trois petits riens. Comme une devise brodée sur-mesure par Aude elle-même, lumineuse créatrice de cette marque au nom bien trop modeste pour tout ce qu’elle promet. Car avec ses Trois petits riens, Aude fait beaucoup : elle capture la grâce d’une silhouette, la poésie d’une gestuelle, la délicatesse d’un détail. Avec trois petits riens, Aude brode des bribes de bonheur comme elle a su coudre le sien, à la perfection.

© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes

Car rien ne prédestinait cette francilienne, urbaniste de formation, chargée d’études chez un bailleur social à quitter la région parisienne et son emploi salarié pour espérer vivre de ses dessins brodés en région nantaise. « Au départ, je proposais des poupées de tissu à personnaliser, les « Midinettes ». Je pouvais changer leurs vêtements, la couleur de leurs cheveux et ensuite j’ai commencé à les tatouer car j’avais envie d’aller plus loin et de faire vraiment quelque chose de personnel et d’individuel. »
Une rencontre ouvre alors à Aude de nouveaux horizons : deux responsables du Bon Marché lui demandent de participer à un événement au sein du grand magasin parisien pour les fêtes de fin d’année 2017. La commande ? Deux cents Midinettes à produire. Soit un été à coudre, couper, broder ; sans s’arrêter. « J’ai amené ma machine à coudre chez ma maman à Uzès, au bord de la piscine ! ». Mais l’expérience ne plaît pas à Aude, pire elle l’a « dégoûte de la fabrication des Midinettes. » Heureusement trois petits riens, toujours eux, lui suffisent pour rebondir : « j’ai commencé par dessiner à main levée des petites étoiles directement sur le tissu. Puis je me suis dit que ça pourrait être bien de retravailler sur un format à plat, les tatouages que je faisais sur les poupées. Le dessin brodé est né comme ça, en décembre 2017, par des petits dessins à plat, des petits mots brodés. »

© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes

Le désir de se consacrer entièrement à cette activité artistique jusqu’alors secondaire germe peu à peu en Aude, pour finalement s’épanouir comme une évidence. « J’avais envie de quitter le monde salarié et de développer mon activité. Avec mon compagnon, nous nous disions aussi que pour nos filles, ce serait sympa qu’elles soient dans un environnement moins urbain tout en restant proches d’une grande ville pour avoir accès à la culture et qu’elles ne se sentent pas complètement perdues. » Le choix est fait : ce sera la région de Nantes, « parce qu’ici, il y a de la place pour la création, pour l’art en général. »
Pour Aude, cette nouvelle ville, cette nouvelle vie, engagent alors à prendre de nouvelles habitudes de travail : broder de jour et non de nuit comme elle le faisait avant – « j’aime travailler de nuit, personne ne me dérange, je suis tranquille » -, démarcher des points de vente pour être visible même si elle a « la chance d’être contactée par des boutiques, donc d’avoir le choix », soigner au quotidien son compte Instagram déjà riche de plus de 7000 abonnés.

© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes

Pour Aude, cette nouvelle vie est surtout l’occasion qu’elle attendait pour s’épanouir totalement dans la voie qu’elle a choisie : « casser les codes de la broderie classique » grâce à ses dessins et petits mantras brodés à un fil  avec une technique qui n’appartient qu’à elle. « J’ai inventé mon point de broderie. Je fais un point qui est complètement irrégulier et permet d’avoir les courbes et les mouvements que je souhaite. Je n’ai pas envie de m’enfermer dans le domaine de la broderie, je dis que je fais du dessin brodé car j’ai envie d’aller au-delà de la technique ancestrale. C’est d’ailleurs ce que je veux montrer avec mes petits kits : on peut broder sans connaître la technique. » Et son pari fonctionne : les éditions Dessain & Tolra viennent de publier un livre regroupant une trentaine de créations exclusives des Trois petits riens à réaliser soi-même, l’Atelier du Petit Parc de Nantes lui ouvre ses portes le 11 mai pour un workshop déjà complet, et Aude s’avoue elle-même surprise que tout cela « marche aussi bien. »
Avec délicatesse et détermination, Aude continue de broder son histoire au jour le jour, à l’aide d’un fil portant la plus belle des teintes : un fil couleur bleu nuit, comme un appel aux rêves. « Ce qui me plaît c’est que les femmes s’identifient dans mes dessins brodés. J’aime laisser l’imaginaire prendre le pas. »

© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes
© Rémy Lidereau pour Etonnantes

Retrouvez les créations d’Aude pour Les trois petits riens
sur son site internet : troispetitsriens.fr

et son compte Instagram : @audelestroispetitsriens

« Broderie à un fil », Aude Herrard, Editions Dessain & Tolra, 80 pages, 9,95 euros
En vente ici : https://www.editions-larousse.fr/livre/broderie-un-fil-9782295011336

Publié par :Solenn Cosotti

Un commentaire sur &Idquo;Aude et les Trois petits riens&rdquo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s