La grâce. Cet état insaisissable, cet éclat indiscutable qui suspend le temps et tout le reste ; comme une beauté qui transcende tout, une lueur qui élève les âmes. La grâce : c’est elle qui anime et accompagne au quotidien Sophie Lévy, la directrice du Musée d’arts de Nantes. Cette grâce qu’elle perçoit dans la lumière zénithale éclairant les salles d’exposition, celle qu’elle discerne dans « l’étrangeté fascinante » de Madame de Senonnes peinte par Ingres ;  cette grâce qu’elle prend un plaisir évident à partager, nous offrant une promenade privilégiée au cœur d’un musée encore désert de tout visiteur, déclamant avec passion son amour de l’Art et évoquant avec modestie sa brillante carrière professionnelle menée de Dijon à Lille jusqu’à Nantes où elle a orchestré la réouverture du plus important musée de la ville après six ans de fermeture.

Vous avez été nommée directrice du Musée d’arts de Nantes en 2016. Pourquoi avez-vous accepté ce poste ?
J’ai postulé ! J’étais alors directrice du LaM, un très beau musée d’art moderne du Nord de la France et qui était pour moi une sorte d’idéal. J’y suis restée sept ans et je commençais à me demander si je pouvais encore y apporter de nouvelles idées. J’aime bien changer, tout simplement. J’ai donc cherché la situation la plus radicalement différente et

Vous avez lu 5% de l’interview de Sophie Lévy.
Retrouvez l’intégralité de l’interview de Sophie Lévy dans le premier numéro d’Étonnantes, le magazine papier.

Publié par :Solenn Cosotti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s