Photographie : Rémy Lidereau pour Étonnantes

Qui n’a jamais posé le pied sur une île peut difficilement concevoir la puissance de ce territoire dressé entre ciel et mer, ce monde en soi dont la force conditionne les destins qui s’y jouent : sur ces bouts de terre ceinturés d’eau, les désirs sont forcément exacerbés, les choix de vie ne peuvent être qu’intenses, tempétueux. On s’y fait à soi-même des promesses conjuguées à l’infini, on se jure de quitter « son » île coûte que coûte ou bien d’y vivre jusqu’à sa mort ; on espère ardemment traverser pour de bon l’étendue saphir ou l’on se satisfait de seulement caresser des yeux cet autre monde, cet Ailleurs : le Continent.
Hélène Turbé a fait bien plus que de poser un jour le pied sur une île ; elle y est née. La sienne se nomme l’île d’Yeu, terre vendéenne encerclée par l’Atlantique, 23 kilomètres carrés de falaises, de landes et de plages de sable d’or : c’est là qu’Hélène a vécu jusqu’à son adolescence, là qu’elle a commencé à devenir celle qu’elle est aujourd’hui. Une créatrice, une manuelle. Car lors des « longs dimanches silencieux et solitaires » passés sur cette île longtemps chérie jusqu’à ce qu’elle ne devienne « trop petite » pour une jeune fille qui grandit, elle imagine et dessine, crée déjà des choses de ses deux mains. Elle sculpte des bouts de bois sur la meule de son grand-père, crayonne « des vêtements et des objets », elle qui se rêve « styliste de mode ou inventrice »…

Vous avez lu 5% de l’interview d’Hélène Turbé.
Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Hélène Turbé dans le premier numéro de la revue Étonnantes, disponible ici.

Publié par :Solenn Cosotti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s